top of page
Rechercher
  • marjoriedraghi01

Et si vos émotions étaient ... un bouquet de basilic


L'été se termine. L'arrivée de l'automne sonne la fin de la saison des salades colorées et savoureuses aux fruits et légumes gorgés de soleil.


Aussi bons soient-ils, ces tomates, pastèques et autres fraises révèlent d'autant mieux leurs saveurs qu'ils sont accompagnés de plantes aromatiques. Quelques feuilles de menthe, de coriandre, de persil ou de basilic suffisent à sublimer le goût de ces merveilles estivales.


Je ne sais pas vous mais, personnellement j'ai une affection particulière pour le basilic qui s'invite dans le rayon fruits et légumes des commerces aux premiers beaux jours. Séduite par l'odeur incomparable de cette plante, j'adopte généralement au cours de la saison plusieurs variétés : vert ou rouge foncé, à petites ou grandes feuilles. Ces pots bien garnis sont un plaisir tant pour les yeux que pour le nez.


Pourtant, malgré le soin que je leur apporte, immanquablement, la bête périclite à mon grand désespoir.


J'ai appris dernièrement ce qui pourrait bien expliquer cette malédiction : pour les rendre attractifs, les pots sont constitués d'une multitude de plants qui finissent par s'étouffer. Le secret? Prendre le temps de les démêler et de les replanter dans des pots individuels où ils pourront s'épanouir.

J'ai suivi ce conseil et pour l'heure tous ces petits basilics se portent bien.


Quel rapport, me direz-vous, entre la culture du basilic et les émotions?


Lors de mes consultations, il n'est pas rare que la personne me parle d'émotions qui lui donnent le tournis, qui l'envahissent, qui débordent et finalement qui l'épuisent. Souvent c'est un magma, un enchevêtrement d'émotions.


Je pense que maintenant vous faites le lien avec le basilic, n'est-ce pas? Trop d'émotions comme de plants de basilic conduisent à l'asphyxie de l'ensemble.


L'une des pistes que je vous propose, lors d'accompagnements individuels, est d'explorer ensemble ces émotions, de faire le tri pour identifier et reconnaître chacune avec ses ressentis, ses déclencheurs, ses besoins, son histoire aussi.

Donner à chacune de ces émotions la place, l'attention, l'écoute dont elle a besoin pour s'épanouir. Pouvoir les soigner, les sculpter si nécessaire.


Dans "nature humaine", il y a nature et, par association d'idée, pourquoi pas, jardinage :)

Et vous, où en êtes-vous de votre jardin émotionnel? Est-ce le tumulte de la forêt vierge quand vous souhaiteriez la sérénité d'un jardin japonais? Bien sûr, il existe entre les deux une multitude de nuances.


Découvrons ensemble celles qui vous correspondent le mieux.


Alors, pourquoi ne profiteriez-vous pas de l'automne pour faire place nette et préparer l'année prochaine?


Je vous attends pour vous accompagner dans ces séances de jardinage à la découverte de votre mieux-être.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page